Samai

En bref : Bar– Un peu cher (5$ le verre)

Petit recette de Hype à destination de nos amis les tenanciers

Commencez par trouver un lieu un peu reculé, perdu au milieu de petites rues sympathiques, suffisament pour qu'on puisse dire de votre bar que c'est un endroit caché, un bar secret, mais pas trop loin tout de même de là où se développent tous les petits bars et restaurants sympas de la ville (par exemple sur la délicieuse Bassac Lane).

Dans cet endroit, un peu mystérieux, décidez d’ouvrir une distillerie de rhum (je ne comprends pas que personne n’ai jamais eu l’idée avant nos trois sympathiques propriétaires sud-américains du Samai de faire du rhum dans un pays où l’on produit tant de canne à sucre). Le rhum du Samai, que vous trouverez dans pas mal de bars branchouilles de la ville et un peu aussi, je crois, à l’exportation, a un goût particulier : je crois que soit on adore, soit on trouve ça OK. Dans tous les cas, faut goûter.

20160505_233801 (Medium)

Dans votre grand hangar, soignez la décoration, faites venir quelques artistes pour exposer, saupoudrez le tout de parpaings, de structures en acier pour donner un petit côté industriel et n’oubliez pas les tonneaux, on est dans une rhumerie tout de même. A travers les grandes baies vitrées, on peut voir tout le matériel nécessaire à la fabrication du rhum et je suis sûr que, si on demande gentiment, un des proprios acceptera de vous expliquer à quoi tout cela sert.

Recrutez quelques bons barmans qui sauront mettre en valeur votre rhum avec de bons cocktails twistés d’un peu d’originalité : le thai mojito (5$) par exemple, avec de la menthe thaïlandaise. On vous recommande aussi le Rosita (5$). Associez-vous avec les producteurs de bière artisanale de la ville pour élargir un peu votre carte (5$ la pinte de bière ambrée) et faites importer une impressionnante collection de rhum pour le côté « cave ».

20160505_233749 (Medium)

Tamisez la lumière, mettez un peu de musique électro house/swing, faites venir des DJs pour mettre un peu d’ambiance.  Au Samai, la musique est parfois un peu forte si l’on souhaite discuter notamment quand la salle commence à danser.

Et l’ingrédient secret : créez le désir et l’évènement en ouvrant qu’une seule fois par semaine (le jeudi pour le Samai) et vous obtiendrez un des bars les plus en vue de la ville, l’endroit où l’on se sape un peu avant d’aller pour voir, être vu et passer un moment un peu fancy dans cette ville de roots.

Pourquoi y aller ?

  • Parce que c’est The Place To Be le jeudi soir
  • Pour découvrir la distillerie et goûter sa production
  • Parce que c’est toujours cool ces bars « secrets »

Pourquoi ne pas y aller ?

  • Parce que c’est un peu tape à l’œil
  • Parce que la musique est parfois un peu forte pour discuter

S'y rendre

Samai

Ouvert uniquement le jeudi soir

Pas facile à trouver et les tuktuks ne connaissent pas forcément.

Rue 830 entre la rue 21 et Sothearos

(Pas de panique, la rue 830 fait partie de ces quelques rues qui sont mal référencées dans Phnom Penh)

Message Subliminal

Laisser un commentaire