Que faire si l’on a 3 jours à Phnom Penh ?

Le problème, avec les vacances, c’est que c’est toujours trop court. Alors il faut faire des choix et, forcément, ça n’est pas facile. Phnom Penh n’est pas la tête d’affiche du Cambodge, face aux merveilles d’Angkor et aux attraits des plages, la capitale est souvent un lieu de passage. Et pourtant, c’est l’occasion de vivre un peu la vie tourbillonnante et animée d’une capitale asiatique. Le Bon Bong vous propose trois jours de folie à Phnom Penh en essayant d’équilibrer les visites touristiques indispensables, les choses à faire et celles à éviter avec la trépidante recherche du pouls de ville.

Retrouvez en pied de page une carte avec toutes les adresses évoquées dans cet article !

 

Jour 1 – 9h – Trouver son fidèle destrier

Trouvez un tuk-tuk pour vous emmener à Lucky Lucky (Croisement Boulevard Norodom et Rue 184) et louez une moto pour les trois jours (4-5$ par jour, vous pouvez négocier). Il faut laisser son passeport en caution, vous pouvez avoir confiance mais n’oubliez pas de demander une copie, ils la font gratuitement en général. La vraie expérience phnom-penhoise se vit à moto ! Quelques règles de conduite assimilée par tous les conducteurs ici :

  • La priorité est toujours à celui qui est devant, c’est à vous de ne pas lui rentrer dedans (comme sur une piste de ski) ;
  • Il ne faut, dans la mesure du possible, pas s’arrêter devant un obstacle mais plutôt le contourner ;
  • Pensez à éteindre vos phares en journées, si vous ne voulez pas avoir la joie de négocier une amende avec la police (ne payez pas plus de 1 ou 2$, tant qu’ils demandent davantage, demandez le ticket, le reçu).

Moto.Traffic.PhnomPenh

Vous pouvez bien sûr faire le reste du programme qui suit en tuk-tuk ou en moto-dop. Pensez à négocier vos courses avant de partir !

 

Jour 1 – 9h30 – Prendre ses repères

Vous voilà sur vos motos. Allez faire le plein à la station-service ou, plus rigolo, auprès des vendeurs ambulants qui vendent de l’essence dans des vieilles bouteilles de Fanta – les prix sont comparables. Ce matin, c’est balade à moto !

 

On partira au sud d’abord, pour rejoindre le monument de l’indépendance et la statue du Roi Sihanouk. On peut se garer, si on le veut, en prenant un café au Java, l’occasion d’en apprendre un peu plus sur la vie romanesque de Norodom Sihanouk. Lorsque vous êtes dos au Java Café, de l’autre côté de la place, vous verrez grosses maisons, deux jaunes et une blanche. La plus petite jaune, c’est l’ambassade de Corée du Nord, des images de propagandes nord-coréennes sont affichées dans un petit panneau contre le mur d’enceinte, c’est amusant. Les deux maisons à droite de l’ambassade sont celles de Hun Sen, le premier ministre et de sa fille.

Puis l’on remontera le long des quais, en passant devant le Cambodiana Hotel et l’Himawari. Pour arriver sur les quais, en commençant avec le Palais Royal sur la gauche puis la pagode (Wat Ounalom). Pas la peine de s’attarder, on y reviendra ! En face des quais, l’intersection entre le Mékong et le Tonle Sap. Tous les ans, les cambodgiens célèbrent le moment où le cours du Tonle Sap change de sens : il s’agit en fait d’un immense réservoir naturel qui recueille les crues du Mékong. Quand les pluies s’arrête, le Tonle Sap change de sens et se déverse dans le Mékong pour rejoindre l’océan !

En continuant au Nord, on finira par arriver au pied du pont japonais (nommé ainsi parce que construit avec l’aide du Japon) qui vient d’être doublé par un pont chinois (je vous laisse deviner). On rejoindra le rond-point servant d’écrin à une œuvre originale : un pistolet dont le canon est noué, le message est clair.

Le grand mur d’enceinte blanc qui occupe un quart du rond-point est celui de l’ambassade de France. Le parc de l’ambassade est le plus grand espace vert de Phnom Penh et nous allons le longer pour redescendre un peu vers le Sud sur Monivong Boulevard.

En descendant un peu le boulevard, un peu après l’hôpital Calmette, on tournera à droite sur la rue 86 pour tomber nez à nez avec la grande mosquée de Phnom Penh. 10% de la population cambodgienne est de confession musulmane et de nombreuses mosquées sont disséminées à travers le pays.

P11101551

En prenant à gauche, face à la mosquée, on arrive dans le quartier de Boeung Kak Lake. Au bout de la rue, on retrouve une ambiance village dans ce quartier à l’histoire agitée qui reprend vie un peu grâce aux arts urbains et à l’action d’une super association de quartier Develop Boeung Kak Art qui a notamment fait venir des streets artists pour graffer les murs du quartier. On peut s’arrêter pour y boire un coup, et en profiter pour en apprendre un peu plus sur le quartier (en anglais) et sur l’histoire terrible de l’ambassade de France au Cambodge.

Repartons dans l’autre sens et retournons sur Monivong pour jeter un coup d’œil aux gratte-ciels qui façonnent la skyline du quartier d’affaire de Phnom Penh. Tournons à gauche après le Raffles Hotel, lieu mythique dont je vous parle ici. On passe alors devant le lycée français de Phnom Penh puis l’ambassade de France avant d’arriver devant le Wat Phnom. Il est possible de s’arrêter et de visiter le petit parc et le temple (1$).

La légende raconte qu’il y a très longtemps Dame Penh était une riche dame vivant dans les faubourgs d’un village situé où se trouve Phnom Penh aujourd’hui. Un jour, lors d’une crue du Mékong, un arbre creux est porté jusqu’à la propriété de Dame Penh. A l’intérieur : quatre statues de bronze de Bouddha. Dame Penh comprends le message : le Bouddha a besoin d’une nouvelle habitation et elle créé, sur une colline attenante, un nouveau temple : le Wat Phnom (Phnom signifie colline en khmer). Et c’est autour de ce temple que s’organisa la ville qui allait devenir la capitale du pays, Phnom Penh, la colline de Dame Penh.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

 

 

Jour 1 – 12h – Grillades au Marché central

En descendant un peu la rue 51 puis en tournant à droite, on arrivera au Marché Central, cet ovni posé au milieu de la ville. Les architectes (français) ont pensé l’endroit pour favoriser le passage du vent. On peut se garer sans risques dans l’un des parkings aux quatre arrêtes du marché (1000 riels-0,25$) et aller se perdre dans les allées surchargées du marché. Attention, tout se négocie et tout est de la contrefaçon. Sur la face ouest du marché, il est possible de déjeuner des produits frais et grillés au barbecue pour quelques dollars.

 

 

Jour 1 – 14h – Choeng Ek – Le devoir de mémoire

Je ne vous en parle pas, c’est une expérience entière, solitaire et émouvante. L’audio guide est très bien fait. Difficile pour les enfants probablement. Posez vos motos à votre hôtel et allez-y en tuk-tuk (demandez the Killing Fields) : ne laissez pas le tuk-tuk vous dicter votre temps sur place.

 

 

Jour 1 – 18h – Un peu de sport …

1

Au retour, demandez au tuktuk de vous déposer à riverside avant le coucher du soleil pour aller profiter de l’ambiance des quais. Pour 2000 riels, vous pourrez participer à une séance de sport collective avec tout un tas de gens sortant du boulot et vous dépenser ainsi au rythme de la musique khmère !

 

 

Jour 1 – 20h – Découvert de la cuisine khmère

Il y a plusieurs options pour manger khmer. Je vous conseillerai, si vous n’avez pas trop de temps, d’aller faire un tour chez Romdeng (rue 174, réservation conseillée 092 219 565, prix moyens de 5 à 10$ à la carte). C’est un restaurant d’application de l’ONG Friends International au menu : terrifiantes mygales, soupe de fourmis et un très bon Amok de poisson, plat national s’il en est. Je vous conseille également l’aubergine grillée au porc et, si vous voulez voir un peu plus loin, une super salade laotienne le Laab.

 

 

Jour 1 – 22h – This is the rythm of the night

De Romdeng, vous pouvez rejoindre à pied la rue 51. Vous trouverez là-bas de nombreux bars qui ne sont pas nécessairement les endroits les plus chouettes pour débuter la soirée (énormément de bars à fille). Vous pouvez pousser sans crainte la porte du Howie’s. Les boites du nuit les plus célèbres de Phnom Penh sont également ici : le Poontoon et le Heart of Darkness. Enfin, vous voudrez certainement faire un tour au Reggae Bar, un bar musical en rooftop, juste en face du Poontoon. Si vous ne savez pas où vous allez, n’hésitez pas à demander, tout le monde parle anglais dans le coin.

 

 

Jour 2 – 8h – Réveil en douceur

Pas trop la gueule de bois ? Allez, c’est pas grave : commandez un coconut shake au bar de l’hôtel, c’est le meilleur remède contre ce qui vous arrive, il parait que la noix de coco a des propriétés hydratantes particulières.

 

 

Jour 2 – 9h – La vie royale

Throne_Hall,_Royal_Palace,_Phnom_Penh,_Cambodia (Medium)

Allez, on reprend les motos pour aller au Palais Royal (6,25$ - 25 000 riels) et la pagode d’Argent. La visite est intéressante, pensez à couvrir les genoux et les épaules. Une partie du site n’est pas accessible puisque toujours habité par le Roi Sihamoni – profitez-en pour découvrir comment l’on devient Roi du Cambodge quand on est danseur et chorégraphe à Paris.

 

 

Jour 2 – 11h – De l’autre côté du pont

A moto, on part de l’autre côté du pont japonais jusqu’à la pagode dorée le long de la grande route nationale 6. Passez sous l’arche de la pagode dorée, traversez le site à moto, et reprenez à gauche, le long de la petite route qui longe la rivière. Grosse ambiance village ici, jusqu’à parvenir au départ du bac qui permet de rejoindre l’île de la Soie.

 

 

Jour 2 – 11h30 – L’île de la Soie

L’île de la Soie, c’est la campagne à 20 minutes de Phnom Penh. Attention, une bonne partie de l’île n’est pas goudronnée, ça peut être compliqué en période de pluie à moto. Vous aurez un aperçu de la vie rurale au Cambodge. Des femmes vous arrêterons probablement pour vous proposer de voir leurs métiers à tisser, vous pouvez les suivre sans problème mais sachez que leur marchandise provient souvent des marchés de Phnom Penh.

24577714846_0514ed980a_o (Medium)

On se promènera sans but précis avec joie sur l’île de la Soie dont il est possible de faire le tour (en suivant la route principale) dans l’après-midi. Il y a des petites guesthouse où vous pourrez vous faire servir à manger pour quelques dollars. N’ayez pas d’appréhension à prendre les chemins de traverses, ce sera l’occasion de rencontrer au détour d’un chemin une pagode ou bien un troupeau de buffle. Pensez à prévoir le temps nécessaire pour rentrer, conduite de nuit, ça n’est pas rigolo.

 

 

Jour 2 – 20h – On a faim !

Le Bon Bong vous propose dans ses pages une bonne sélection de restaurants à Phnom Penh. Si vous voulez continuer à manger khmer, après Romdeng, vous pouvez aller faire un tour à la Khmer Surin, au croisement de la rue 57 et la rue 278, on y mange très bien.

 

 

Jour 2 – 22h – I gotta feeling …

Si vous êtes allé à Khmer Surin, vous êtes à 1 minute à pieds de nombreux bars sympa. Selon votre préférence : ambiance expat’ au Led Zeppelin, ambiance Backpackers au Top Banana, ambiance cosy au Duplex.

 

 

Jour 3 – 8h – Le troisième jour

Au matin du troisième jour, Le Bon Bong dit à son lecteur : « Courage, il reste encore tant à voir ! » alors on prend un grand café et c’est reparti !

 

 

Jour 3 – 9h – Tuol Sleng – S21

On reprend les motos, on passe le Stinky Canal – le canal qui pue – et on arrive à Tuol Sleng, un ancien lycée reconverti en prison du régime Khmer Rouge à Phnom Penh dès 1975. Au moins 17 000 personnes sont passées à S21 pendant les quatre années du régime, torturés pour obtenir la confession qui justifiera leur exécution. Glaçant et nécessaire.

 

 

Jour 3 – 10h30 – Le monde étrange du Marché Russe

En sortant de S21, reprenez vos fidèles motos et partez en direction du sud vers le Marché Russe (Tuol Tom Pong disent les locaux). Des petits parkings sont disponibles sur les côtés du marché (1000 riels, 0,25$). Le marché russe est un monde étrange parce qu’il a conquis le cœur des touristes et les marchands l’ont bien compris. On trouvera donc énormément de souvenirs, de vêtements, de bibelots plus ou moins authentiques à ramener. N’oubliez pas : tout est contrefait, tout se négocie.

SONY DSC

 Mais le charme du marché russe, c’est aussi et surtout ses étroits passages entre les stands dans lesquels on adorera s’engager sans savoir où l’on va, le coin des pièces détachées de moto, l’odeur insoutenable quand on s’approche des « boucheries » et son cœur où il est possible de déjeuner pour 1$ - si vous décidez d’y rester pour manger, essayez donc le bobun nem renversant qui est servie par une petite dame à un angle du grand comptoir – ou simplement de boire un coup : jus de fruits frais, café etc.

A l’extérieur, aux alentours du marché russe, vous trouverez aussi de nombreux magasins sortie d’usine (outlet store) où vous pourrez vous habiller correctement pour pas trop cher.

 

 

Jour 3 – 12h – Something Different

Le quartier du marché russe est le quartier « qui monte » à Phnom Penh. On y trouve de plus en plus d’expatriés et d’hôtels et donc de plus en plus de restaurants, de bar et de coins sympas où trainer. Vous pouvez y faire un tour à moto, vous verrez par vous-même.

Pour déjeuner dans le quartier, je vous propose, rue 460 au croisement avec la 135 de découvrir l’extraordinaire salade de nouille fraiches du « Sesame Noodle House » (4,5$) teintée de très fortes inspirations japonaises. Si vous préférez quelque chose de plus local, au croisement d’après (460 et 123), vous trouverez le Eleven Kitchen où l’on mange très bien et pas trop cher (autour de 5$) avec une belle sélection de plats khmers.

 

 

Jour 3 – 14h – Un petit luxe

IMG_3035

Il fait chaud. Et si on allait à la piscine ? Remontez sur votre moto et rendez-vous au Palm Boutique Hotel, au 270 de la rue 63, juste au sud du croisement avec le Boulevard Mao Tse Toung. Faites un grand sourire à l’accueil et prenez l’ascenseur direction le dernier étage. Pour 5$ par personne, vous pourrez vous baigner toute l’après-midi dans cette jolie piscine en rooftop.

 

 

Jour 3 – 17h – Un dernier coucher de soleil

C’est bientôt la fin de votre périple à Phnom Penh … Il faut célébrer ça par un dernier coucher de soleil et j’ai deux option pour vous :

  • Option n°1 : se rendre au port, tout en haut de riverside, et prendre un bateau pour une petite balade d’une heure-une heure ½ sur le Mékong au coucher du soleil (4-5$ par personne)
  • Option n°2 : aller boulevard Monivong, au croisement avec la 232. Entrez dans la Phnom Penh Tower (oui, oui, ce grand building) et rendez-vous tout en haut pour un petit cocktail (un peu cher en revanche) avec une vue imprenable sur l’horizon mouvant de Phnom Penh.

 

 

Jour 3 – 20h – Ne pas partir sans avoir fait un beer garden

Le beer garden, c’est le resto populaire khmer : on s’y rends entre copains, on partage quelques plats, on rigole fort et on boit de la bière. Pour une ambiance animée, rendez-vous rue 21, entre Sihanouk et la 294, au Sovanna. Il y en a plusieurs dans la rue, mon conseil est d’aller au Sovanna 2 et de demander à manger à l’étage. Le bœuf et le porc au barbecue sont très bons, le riz sauté au basilic est un peu épicé mais vaut aussi le détour. Pour des légumes locaux, demandez des « morning glory ». Comptez 5$ par personne, sans la bière.

 

 

Il est déjà temps de partir ! N’oubliez pas de rendre votre moto pour récupérer votre passeport J J’espère que vous avez apprécié ce petit séjour de 3 jours à Phnom Penh, n’hésitez pas à nous faire part de vos retours en commentaire !

Toutes les adresses

Message Subliminal

4 Commentaires

  1. Très bon article! l’essentiel est dedans!
    PhnomPenhoise depuis 10 ans, je conseillerais ce blog pour des visiteurs de passage.
    Par contre je préciserais juste que la cuisine du Romdeng ferme à 21h!
    Au plaisir de lire d’autres articles.

    1. Le Bon Bong dit : Répondre

      Merci beaucoup 🙂

  2. Super blog, j’ai adoré le lire ! A Phnom Penh en ce moment je bois tes conseils 😉

    1. Le Bon Bong dit : Répondre

      Merci beaucoup 🙂

Laisser un commentaire